M4-MYTHES des ENTORSES MORALES COMPLEMENTAIRES

entorses morales complémentaires

ENTORSES MORALES COMPLEMENTAIRES

Les écarts de conduite (dites péchés chez les Chrétiens) sont les dérives humaines envers soit la raison, soit la vérité; soit la conscience morale.On en distingue 3 groupes :

M41-Les écarts impardonnables

Les écarts moraux sont en général pardonnables (que ce soit par la religion ou par la société civile) On n'en relève que trois qui sont fondamentalement impardonnables >>

--Le péché originel, chez les Chrétiens (c'est de la faute à ADAM, d'après les premiers Pères de l'église)

--Le meurtre (cependant les civilisations occidentales commencent à l'intégrer dans leurs "accoutumances")

--Le blasphème (c'est écrit dans le décalogue)

 

M42-Les écarts de conduite essentiels

Ils sont inclus dans des chartes, religieuses ou civiles.La plus usuelle est la charte des Chrétiens, un prototype dans lequel sont nommés les  7 péchés capitaux >> (avarice, colère, envie, gourmandise, luxure, orgueil, paresse)

Ces péchés sont excusables. La religion chrétienne dit qu'ils sont pardonnables (par Dieu) grâce à une série d'actes de regrets >> le remord, la contrition, ce qui entraîne la pénitence (la punition), puis  l'absolution (le blanchiment) 

Tous les péchés capitaux ont leurs exemples mythiques immortalisables montrant que, à force d'excès, certains personnages ont illustré leur infamie à travers ces péchés capitaux. Mais on peut leur opposer d'autres pseudo-héros qui, par des moyens contraires, arrivent exactement aux mêmes fins (car, volontaires ou involontaires, les évocations de péchés sont eux aussi des péchés)

1. L'orgueil, c'est bien sûr l'exemple d'ALEXANDRE le conquérant et c'est aussi l'exemple d'EROSTRATE (l'incendiaire du temple d'Artémis, en mal de célébrité) mais c'est également SAINT FRANCOIS qui, à force d'humilité, se fait passer pour l'égal de Jésus-Christ

L'orgueil est le plus répandu des péchés capitaux et il initie une multitude de mythes :

BELLEROPHON osa vouloir rejoindre l'Olympe grecMais devant cet orgueil, ZEUS envoya un taon piquer le cheval du héros, ce qui le désarçonna et il se tua en tombant

Le lézard (en Méditerranée) est symbole d'orgueil

CALIGULA, l'orgueilleux empereur romain, osa promouvoir INCITATUS Consul de Rome (mais c'était son cheval !)

Les objets ou les constructions d’apparat sont de permanents symboles d'orgueil >>

ainsi la couleur jaune (rappelant l'or ou le soleil), les bijoux (de chez CARTIER), les lunettes (style RAY BAN), les montres (comme ROLEX), les robes (comme celles des grands couturiers), le carrosse ou la voiture de prestige (comme ROLLS ROYCE), des institutions sociales (comme les associations promotrices de richesse, tel le G8)

-- Des personnages orgueilleux, comme les vedettes du monde politique (la cour royale) ou les vedettes du monde moderne (vedettariat du cinéma, de la chanson, de la couture.....) ou des individus pratiquant le culte de la performance ou performativité (sportifs avec coachs, conseillers en fortune...) Tous ces gens cherchent à devenir des prototypes, des symboles, des exemples incontournables, des sujets glorieux, en un mot les MYTHES urbains de l'orgueil

2. L'envie, l'exemple fondamental de l'envie est CAÏN, mais c'est aussi l'exemple de SAINT BERNATD, le livide persécuteur d'ABELARD, dont la gloire éclipsait la sienne.

3. La luxure, eut comme meilleur exemple MESSALINE, mais c'en fut aussi SAINT ANTOINE, dont l'imagination impure surpassait les orgies de TIBERE

4. La gourmandise, c'est l'empereur VITTELLIUS, mais ce sont aussi les stylites du désert, qui se complaisaient à retrouver les rêves faméliques de TANTALE

5. La paresse (généralisée au-delà de l'acédie ancestrale) : ce furent les rois fainéants, mais ce fut aussi SARDANAPAL (ASSURBANIPAL), roi remarquable mais flemmard

L'oisiveté, soeur de la paresse, est elle aussi mythifiée, comme chez les Akkadiens >> L'épopée d'ERRA, le maître des enfers, nous raconte que ce dernier, fatigué de constater l'oisiveté du peuple, sortit ses 7 démons SIBITTI, pour semer le mal et la mort, en punition sur la cité. Heureusement le dieu MARDOUK réagit et tout rentra dans la normale

6. L'avarice, c'est bien sûr MIDAS, mais ce sont aussi  les ''pauvres'' moines, toujours si avides d'argent.

La cupidité est soeur de l'avarice

7. La colère, c'est ACHILLE, mais c'est aussi GREGOIRE VII, dont les emportements bouleversèrent l'Europe et compromirent la papauté

 

M43-Les autres écarts -hormis péchés capitaux-

Ils sont très variés >> addiction, calomnie, cannibalisme, compétition, curiosité, domination, haine, hybris (ou démesure), injures, licence, mensonge, perversion, satiété, snobisme, tricherie, tromperie, vantardise.....

Ils sont en général punissables (les plus légers étant qualifiés de véniels chez les Chrétiens)

- Amour du jeu

Le jeu est une activité divertissante, applicable à tous les âges :

--jeu de hochet

-jeu de poupée (ou d'ourson)

-jeu de société

- Calomnie

Europe >> Le mythe de la calomnie (qui est hélas une réalité historique devenue mythe) a surtout été pratiqué par les Chrétiens envers les Juifs, qu'ils accusérent à tort d'actes sataniques envers des enfants (en Angleterre, Espagne, Allemagne, Italie)

- Compétition

La compétition est une forme douce de lutte, surtout pratiquée à travers des jeux (courses de chars, jeux sportifs -dont olympiques-, jeux séculaires, jeux d'argent)

Grèce >> Les jeux olympiques furent initiés par PÉLOPS, ce qui ne se fit cependant pas dans la douceur

En effet, PELOPS pratiqua la compétition de courses de chars contre OENOMAOS, roi d'Elide, mais celui-ci trichait. Alors Pélops lui arrangea un accident mortel, ce qui lui permit de gagner la course et il en profita aussi pour gagner la fille de sa victime, nommée HIPPODAMIE, avec laquelle il se maria

- Curiosité

ci-après mythe moderne

(Monde moderne) L'excès de curiosité se complaît à agréer le côté morbide d'un événement : tous les médias accentuent ce travers, pour en tirer profit (photo-choc)

- Déviances sexuelles

Grèce >> OEDIPE fut puni pour inceste -pourtant involontaire- avec sa mère-

Israel >> Les villes de SODOME et GOMMORHE furent détruites, suite à leurs déviances sexuelles, jugées à l'époque comme des perversions

Italie >> LUCRECE BORGIA, fille d'un cardinal espagnol, fut adultère y compris avec son père (le pape ALEXANDRE VI) et son frère (CESAR) Accessoirement, Lucrèce fut aussi  une criminelle meurtrière !

Mormons >> Leur polygamie suscitait l'envie (et la jalousie) des mâles étrangers

- Domination (prise de pouvoir)

La dominantion est l'exercice d'un pouvoir prépondérant envers autrui

La conservation des privilèges en est un exemple usuel

L'agressivité en est une manifestation patente

La tyrannie en est le paroxisme (pouvoir maintenu au-dessus des lois)

Grèce >> PISISTRATE fut un célèbre tyran (il était cependant gentil !)

Sumer >> KUMARBI l'ANCIEN était un dieu qui disputait le pouvoir du ciel contre AN(O)U

Pour l'affaiblir, KUMARBI le chargea de divers fardeaux (TESUB l'orage, TASMISHU le feu céleste et AZANRAH le fleuve Tigre).Malgré cela AN(O)U gagna, mais permit à Kumarbi de régner avec paisibilité, en tierce position

Monde animal >> la prépondérance d'un chef (mâle ou femelle) est une constante génétique pour toutes les races animales et elle dite alors dominance

Le symbole mythique de la domination humaine, du pouvoir humain, de la puissance sociale, est l'anneau (qui peut être un collier, une bague, un bracelet)

- Faiblesse passionnelle 

c'est un péché, car la morale classique estime que l'on doit dominer ses passions

 

- Haine

Mythe trop généralisé pour avoir besoin d'exemple

- Hybris -ou démesure, ou outrage-

Asie mineure >>  Le roi MIDAS obtint de DIONYSOS le pouvoir démesuré de transformer en or tout ce qu'il touchait ; mais ne pouvant plus alors trouver pitance, il mourait de faim. Alors, il réclama au dieu d'être libéré dudit pouvoir et il lui fut conseillé de plonger dans le fleuve Pactole, qui devint ainsi soudain chargé d'or.Mais en retour, Midas fut affublé d'une paire d'oreilles d'âne.Et quand son barbier essaya de l'en débarrasser, il jugea bon d'enfouir les oreilles coupées dans un marais, ce qui fit pousser des roseaux, plantes qui, depuis, sifflent la mésaventure de Midas à tous les vents

-Injures

Les injures (qui représentent les plus usuelles dérives morales) sont punies très différemment par les dieux (et par les hommes qui se croient autorisés à en juger l'importance)

Ces punitions, d'après une échelle relevée sur Internet, procèdent d'un tarif allant de 10 euros (injure verbale envers un quidam) à la mort (injure faite à un prophète)

- Licence

Grèce >> PENTHEE, prince de Thèbes, essaya de s'opposer à la forme licencieuse que prenaient les fêtes bacchanales, mais les BACCHANTES, dont certaines faisaient partie de son immédiate famille, se ruèrent sur lui et le mirent en pièces

- Mensonge

Danemark >> Le ROI NU est le symbole de la niaiserie snobinarde et veule : si un leader (un roi) propose un mensonge (déclarer être richement vêtu) alors qu'il est en fait (complètement nu), tout individu qui adhère à ce mensonge (sous prétexte que cette veulerie pourrait être gratifiante et créatrice d'avantages) est un niais qui démontre ainsi l'inhibition de son propre jugement

Toutes civilisations >> le cas des espions, dont la fonction est de mentir. Le cas des avocats s'en rapproche

- Omission : le manque volontaire de mémoire envers un acte délictueux est un péché

- Satiété : en Grèce antique, la satisfaction excessive suite à gourmandise, était punissable par l'intermédiaire de la divinité COROS

- Transgressions de règles sociales établies

Selon les règles établies par certains groupes sociaux, les transgressions aux habitudes peuvent concerner : le travail pendant les jours interdits, la pratique d'I.V.G., la prise d'aliments religieusement tabous, etc.....

- Tricheries, ruses et arnaques

De nombreux dieux ou princes antiques trichèrent en utilisant la métamorphose, pour cacher leur identité comme en Grèce--ZEUS se transforma successivement en cygne (avec LEDA), en serpent (avec PERSEPHONE), en ARTEMIS (avec CALLISTO), en taureau (avec EUROPE), en pluie d'or (avec DANAE), en aigle (avec GANYMEDE).

On peut expliquer ces multiples déguisements par le fait que les diverses villes ou colonies grecques étaient toutes fières de voir leurs ressortissante(e)s s'accoupler avec Zeus quand il ''passait par là''. Ce qui valut d'ailleurs au Dieu de connaître des surnoms locaux, comme Zeus-Xenios, Zeus-Eleuthérios, Zeus-Amon etc

En Bretagne >> UTHER PENDRAGON, le père du futur roi ARTHUR, obtint de MERLIN de prendre la figure d'un duc local pour coucher avec sa femme  (c'était YGRAINE -ou IRENE- de Cornouailles)

Chez les Nordiques >> LOKI (Loke) frère adoptif d'ODIN, se transformait en divers animaux pour ennuyer les dieux.Mais il eut en outre un comportement si épouvantable qu'une douzaine de qualificatifs horribles lui furent attribués. Si bien que, quand enfin les dieux l'attrapèrent, ils le ligotèrent sur 3 pierres coupantes, grâce à des liens formés par les entrailles de son fils et il fut condamné à recevoir sans fin du venin goutte à goutte

Aux USA >> certains animaux sont très malins, comme Br'er rabbit , le Coyote, le Renard, le Blaireau, Whiskey Jack (ou Wisakedjak)

En Afrique >> Le lapin malin est un fieffé arnaqueur

- Tromperie (infidèlité amoureuse)

Certains disent que ce ne serait pas un mythe ?...

- Vantardise

Grèce >> NIOBE, fille de TANTALE, mariée à AMPHION, était mère d'une quinzaine de beaux enfants et s'en vanta avec excès, auprès de LETO, ex-maîtresse de Zeus et mère d'ARTEMIS.Léto considéra cette prétention comme un affront et tua tous les enfants de Niobé (sauf un)

 

   Copyright Mythes-religions ©