M3-MYTHES des ENTORSES MORALES FONDAMENTALES

entorses morales fondamentales

LES ENTORSES MORALES FONDAMENTALES

La morale présente de multiples dérives, classables en diverses catégories.

Les plus usuelles et les plus fondamentales sont essentiellement issues des 10 commandements moraux judéo-chrétiens rappelés ci-après (elles sont originaires du décalogue, vers l'an -1650 et ont reçu récemment un agrément du Vatican)

Il s'agit toujours d'interdits (s'opposant à certaines actions, mais ne proposant pas de solutions, autres que punitives)

Au moins 2 sont considérées comme ''péchés mortels'' >> le meurtre et le blasphème

M30-le premier commandement définit seulement la présence de Dieu (mais n'a aucune référence morale)

M31-le 2° commandement défend d'accorder crédit à d'autres religions

M32-le 3° commandement  défend d'oublier la valeur de dieu et défend de l'injurier

France >>  Nicolas FOUQUET, très haut fonctionnaire, osa rivaliser de luxe avec le roi soleil Louis XIV. Celui-ci, qui se prenait pour dieu, l'élimina en l'emprisonnant à vie

Toutes civilisations >> Il ne faut pas défier les dieux car en réponse, les extrêmistes religieux appliquent d'extrêmes châtiments (assassinat, prison, supplices.....)

M33-le 4° commandement demande de rester sans travailler au moins un jour par semaine

Dans l'antiquité, un individu travaillait physiquement 6 jours d'affilée (et Dieu avait fait de même)

Ce principe du repos hebdomadaire s'est curieusement transformé en une série inextinguible de réclamations syndicales, aboutissant à ramener la durée du travail à 5, puis à 4 jours par semaine (et cela bien qu'il n'y ait plus de connotations judéo-chrétiennes chez les demandeurs, qui se targuent malgré tout du nom de "travailleurs")

M34-le cinquième commandement  défend d'oublier ses parents

Cet interdit entraîne le culte de la famille, déjà vu au § E62 ''esprit de famille''

M35-le sixième commandement défend de tuer (surtout un humain)

premier cas de possible de tuerie : la violence (faire le mal avec tentation assassine)

- La violence peut être concentrée envers un individu (une personne sert d’éxutoire et remplace un collectif de victimes) >>

Exemple du bouc émissaire -chez les Hébreux- qui était un véritable bouc chargé de toutes les fautes et péchés de l'assemblée et alors expédié et châtié loin dans le désert-

Exemple plus moderne occidental de ''la tête de Turc'' (issue d'un jeu de punching-ball caricaturisé) où un individu est soumis aux coups d'une quelconque société énervée

- La violence peut être orientée vers un autre groupe d'hommes (c'est alors la petite guerre)

- La violence peut être orientée vers plusieurs petits groupes humains (c'est alors la zone du terrorisme, des casseurs, des kamikases, des guerrillas entre clans ou bandes)

- La violence commence souvent par des essais à l'encontre des animaux >>

---La corrida est violente envers les bovidés

---Le tableau de chasse est l'expression de la violence gratuite envers soit des bébés phoques, soit des rhinocéros cornus, soit des loups coincés dans les pièges, etc....

---La violence est encore plus délibérée quand on en vient à l'élimination d'une race animale (le dodo, à l'Ile Maurice ou le bison aux USA)...

- Mais la violence est commercialisable, car le public est avide d'épisodes sanglants, donc la violence est magnifiée par la société (les reportages sanguinaires, les romans de série noire, les films policiers, les films gores se vendent bien et ceci inhibe toute condamnation de leur horrible expansion)

deuxième cas de tuerie : le crime simple (ou meurtre)

Malgré l'interdit de toutes les religions et de toutes les instances civiles, le crime est pratiqué à chaque instant, surtout dans les familles

Toutes civilisations >> Les frères ennemis reflétent les oppositions entre aîné et cadet ou entre jumeaux, tels >> CAÏN l'Hébreu-symbolisant des agriculteurs-spiritualistes tuant ABEL, son frère, représentant les chasseurs-matérialistes

-(Chinois)  HUANGDI (le civilisé), tua CHIYOU (le forgeron-guerrier)

-SETH (Egyptien)   représente la nature hostile, et il se transforme en hippopotame pour noyer dans le Nil son frère OSIRIS (la végétation)

-ETÉOCLE et POLYNICE, roitelets (Grecs)--s'opposent pour le pouvoir et s'entretuent

Les crimes matricides sont bien représentés par NERON (tuant sa mère Britannicus)

Les parricides (le père), les uxoricides (l'épouse), les infanticides (la descendance directe) furent également assez usuels dans l'histoire, surtout chez les Mérovingien(ne)s

Le cannibalisme est par ailleurs proscrit par la Société moderne, mais ne l'était pas dans le passé, où de nombreux exemples furent mythifiables :

  • chez les Grecs, KRONOS dévore ses enfants, DIONYSOS ivre mange des hommes, ATREE fait manger par THYESTE ses propres enfants, les soldats de CAMBISE se mangent entre eux, etc

  • chez les Tupinamba (Brésiliens) on pratiquait l'anthropophagie, de même qu'à Bornéo (c'étaient souvent des ennemis)

  • chez d'autres peuples anciens, on mangeait les défunts

- troisième cas de tuerie : le crime en vrac (le conflit)

Ce multi-crime est honni par la société, proportionnellement au nombre de victimes >>

Grèce >> Le conflit dit GIGANTOMACHIE, entre la trentaine de Géants contre la douzaine de Dieux olympiens déboucha sur une terrible bataille, à base de flèches empoisonnées, de projections de métal fondu, de jets de montagnes, de foudres et autres tempêtes. ZEUS gagna et envoya les Géants aux enfers

Grèce encore >> Le conflit des CYCLOPES (travailleurs et bâtisseurs), contre leurs frères les TITANS, organisateurs du monde

Grèce, à Mycènes >> ATREE, un féroce roi local, fait manger à son frère jumeau THYESTE ses propres enfants . Du coup, sa descendance (les ATRIDES, de vrais sauvages comme AGAMEMNON, MENELAS, ORESTE, EGISTHE), subiront en retour une série de punitions infligées par les dieux

A Pise >>- Le roi OENOMAÜS reçut un oracle prédisant qu'il serait tué par son gendre ; en conséquence, il condamna au célibat sa fille, la belle HIPPODAMIE. Dès qu'un nouveu prétendant arrivait, il le défiait à une course de chars et le tuait, car il s'arrangeait pour tricher et toujours gagner.  Le 14° prétendant (PELOPS) scia le char d'Oenomaüs en 2, sans que cela soit perceptible, ce qui entraîna la mort du roi pendant la course. Alors enfin Hippodamie put se marier (avec Pélops !)   

- quatrième cas de tuerie : la guerre

La guerre n'entraîne pas toujours la même réprobation morale que le crime.

--- Une guerre déclenchée pour une suprématie territoriale, entraîne réprobation des tiers 

Grèce >> La guerre de TROIE (v. -1150, en Turquie) fut ouverte par AGAMEMNON, roi grec d'ARGOS, un sauvage qui osa faire décapiter sa fille IPHIGENIE afin d'avoir des vents favorables pour ses bateaux d'invasion.Il fut plus tard assassiné par EGISTHE, l'amant de sa femme CLYTEMNESTRE.Malgré tout, la guerre de Troie dura 10 ans et causa la mort d'une quantité de personnages qui nous sont particulièrement familiers parce que Homère a raconté la fin de cette guerre dans l'Iliade    Nota : certaines âmes sensibles prétendent qu'Iphigénie aurait été sauvée in extremis par une rémission d'Artémis, qui lui aurait substitué une biche (et elle aurait émigré en Tauride, pour devenir prêtresse) Cependant, il faut bien admettre que les biches sont rarissimes en Grèce !

Orient et Europe >> La guerre des HUNS d'ATTILA (vers -450) décima tous ceux qui étaient sur le passage de leurs hordes

ci-après mythes modernes

Japon >> La guerre de suprématie politique (le SHOGUN, noblesse militaire, contre le pouvoir politique impérial, à partir de l'an 800)

Europe >>   La 1° guerre mondiale (1914) fut déclenchée à cause d'hégémonie prussienne

Monde >> La 2° guerre mondiale fut initiée (vers 1938) par HITLER, dictateur fou qui voulut satisfaire ses pulsions expansionnistes et racistes qui provoquèrent des dizaines de millions de morts

--- Une guerre déclenchée pour conserver un folklore, n'entraîne pas réprobation des tiers   C'est une guerre déclenchée par une société qui essaie de valoriser une continuité archaïque ou de faire perdurer ses usages (guerre d'indépendance, par exemple) .

C'est le socle de la construction (ou défense) d'une patrie, où figurera hélas une mémorisation larmoyante, à cause des charniers résultants 

-conséquence des tueries : la victoire

Quand le combat guerrier est considéré comme glorieux, il crée le mythe de la victoire

- la victoire est symbolisée par des plantes (l'if en Irlande, le chêne chez les Germains)

- la victoire est symbolisée par des animaux, comme les oiseaux (apportant le feu, tels faucon et aigle) ou le taureau générateur de puissance (indo-Européens et Celtes) ou le sanglier téméraire (Grecs et Hindous

- la victoire est symbolisée par des objets, comme

--les accessoires en bronze et cuivre (dont les flèches, les lances)

les épées, à qui l'on attribue souvent des noms propres >>> 

DURANDAL pour le chevalier ROLAND  

EXCALIBUR pour le roi ARTHUR, épée qui lui fut donnée par la Dame du lac (VIVIANE) ; elle finira dans un autre lac, après la mort d'Arthur. A noter qu'Arthur avait déjà eu une rencontre faste avec une autre épée, qu'il avait facilement retirée d'une pierre dans laquelle elle était fichée, ce qui lui avait permis de devenir roi 

AL BATTAR épée du prophète MAHOMET

BALMUNG (ou Gram) épée du héros SIEGFRIED

KHANDRA chez les SIKHS

EPEE MAGIQUE servant à un quelconque héros, pour faciliter sa quête 

Un marteau magique comme celui de THOR (MJÖLLNIR) utilisé avec des gants également magiques (les Järngreip) et une ceinture magique (Megingiord) 

- la victoire est symbolisée par des héros et par des dieux 

Arménie antique >> VAHAGN ou ASTLIK, déesse de la guerre 

Chine >> GUAN DI, dieu de la guerre (et prophète) 

Grèce >> NIKE, la victoire 

Grèce >> ARES (MARS latin) le messager des batailles destructrices, qui en outre aima APHRODITE, dont il eut 5 enfants, symboles de l'humanité tourmentée >> (DEIMOS la crainte, PHOBOS la peur, ANTEROS l'oubli, PRIAPE la virilité, et HARMONIE) 

Grèce >> PALLAS-ATHÉNA , la MINERVE (romaine), vierge avec son casque à cimier, son bouclier (EGIDE), sa chouette au front et son serpent domestiqué.Elle protège les héros, mais est par ailleurs porteuse de la sagesse 

Hittites >> -ZABABA était la déesse de la victoire 

Japon >> HIROO ONODA soldat japonais, seul et retranché dans sa jungle du Pacifique, isolé mais résistant pendnt 30 ans, est mythiquement présenté comme le héros irréductible de la guerre 1941//45 

Nordiques >> ODIN, FREYIA et IRMIN 

Romains >> SOL INVAINCU, un dieu victorieux 

La logistique comme celle des Américains, affirma la prépondérance de l'organisation dans le conflit mondial, vers 1943/45

-la victoire est symbolisée par des lieux 

France >> VERDUN (1916) est symbolique de l'ultime résistance glorieuse de l'armée française contre les Allemands 

Russie >> STALINGRAD fut (en 1942/43) le mythe (et la réalité) de la fin de progression de l'armée allemande en URSS 

-la victoire est symbolisée par le guerrier

Le guerrier doit fondamentalement vaincre et se transcender (tuer ou être tué) et il n'a que peu de rapports avec les lois

Les guerriers mythiques (assimilables aux héros) peuvent appartenir à un groupe (par exemple SAMOURAÏ ou CAVALIERS SCYTHES), mais également être personnifiés (MYAMOTO MUSASHI le Japonais vers 1630 , SIMO HAYHA -dit BELAYA SMERT le Finlandais en 1939, LEONIDAS le Grec, en -481 aux Thermopyles...)

M36-le 7° commandement défend de ressentir des désirs amoraux

Le décalogue dit ''ressentir'', mais comme cela implique souvent le passage à l'acte, on peut rattacher à ces espoirs interdits :

- l'adultère (exemple en  France >> la femme adultère encourrait quelques mois d'emprisonnement (< XXI° siècle)  ou exemple en  Grèce >> OCYROE, une Océanide, fut surprise en état d'adultère par son fils, qui la tua (mais celui-ci sera ensuite tant tourmenté par les Erynies -ou Furies- qu'il se jettera et se noiera dans une rivière, qui portera désormais son nom)

- l'appât du gain (et la recherche des paradis fiscaux) 

M37-le  8° commandement  défend de voler les biens d'autrui

Hormis le gentleman cambrioleur (tel ARSENE LUPIN, dont l'astuce est plus ou moins agréée par la société), on honnit le gangster et le hacker (ou hackeur, pirate informaticien)

M38-le 9° commandement  défend de faire de faux-témoignages (il faut rester pur)

Cette notion fait peu l'objet de mythes 

M39-le 10° commandement

"Tu ne convoiteras pas la maison ni la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son boeuf, ni son âne, rien de ce qui lui appartient''

Bible  >>  Le prince ACHAB convoitait la vigne du paysan NABOTH mais comme JEZABEL, la femme de ce dernier, était perfide, elle dénonça son mari comme blashémateur

Achab profita de l'occasion, il jugea et exécuta Naboth. Mais peu de temps après, JEHU prit le pouvoir, alors il tua Achab au même lieu et défenestra Jezabel qui finit en outre dévorée par des chiens

   Copyright Mythes-religions ©