R3-MYTHES sur les RITUELS du CORPS HUMAIN

rites d'expressions du corps humain

RITES avec MISE EN CAUSE DU CORPS HUMAIN

R31-L'homme réclame des services personnels aux dieux

Et il pratique alors des gestuelles pour flatter les dieux et les inciter à lui répondre favorablement :

--La liturgie est un ensemble de rites, cérémonies et gestuelles, dédiés au culte d'une quelconque déité (ou divinité) Les gestuelles verbales appliquées sont dites prière, credo, sourate, supplique, etc...Exemple le RIG-VEDA, ensemble d'hymnes sacrés hindous (-1200) 

--Les rites communautaires sont les messes, les rites quotidiens, les mystères, les rites initiatiques (souvent secrets), les conciles (souvent grandioses),

--Les comportements d'évitement sont, par ailleurs, l'expression du refus d'avoir à rencontrer le (ou les) démons et diables . On désigne alors à cet effet des individus qui accepteront la tâche d'élimination du démon local (ce sont les exorcistes ou gourous)

 

R32-L'homme effectue des sacrifices personnels

L'homme accepte de faire soumission aux dieux à travers diverses actions :

- le lavage des fautes morales (erreurs ou péchés), ce qui peut être >>

--- accordé par les religieux (qui les prennent en compte sous forme de confession)

--- ou bien sous forme d'auto-punition (non masochiste) impliquant acceptation d'expiation --- ou bien sous forme plus passive (lavage dans le Gange, fleuve sacré, pour les  Hindous)

- la contrition qui est la reconnaissance de ses fautes, avec un regret parallèlement assumé

- l'ascétisme -ou ascèse- qui est la recherche du monopole de l'esprit au détriment du corps. L'esprit doit être le plus disponible possible, pour essayer d'entrer en contact avec les dieux et le corps doit parallèlement être dégagé de ses pulsions et besoins (sauf ceux de la simple survie)

Nota : certaines ascèses ne sont pas religieuses.

- le jeûne  qui est une composante de l'ascèse, exprimé par la suppression -souvent partielle- de nourriture, de boisson, de luxe, de sexe. Le jeûne est réparti soit en périodes courtes (tel ekadashi, chez les Hindous) soit pour une durée d'un mois (ramadan chez les Musulmans), ou même encore plus longue ( les vendredis et 40 jours de carême chez les Chrétiens)

- la mortification qui est une forme excessive d'ascèse, introduisant la souffrance comme nécessité ascétique

Exemples >> passer une partie de sa vie dans un désert (prophètes), ou stagner sur une colonne (stylites), ou se transpercer le corps (yogis)

 

R33-L'homme se contraint à des rites alimentaires

Les croyants de certaines religions ne mangent que des mets répondant à des règles spéciales (dites par exemple Casher, ou Halal, ou Végétaliste...) ou bien ils sont invités à consommer des mets ''consacrés'' (comme l'hostie , qui est une simple pâte à pain, consommée dans un rite dit "eucharistie" chez les Catholiques)

Certains consomment des boissons -ou elixirs- (qui sont dites pouvoir favoriser une relation avec les dieux) ou des mets, qui ont des fonctions similaires (herbes, pain)

 

R34-L'homme exécute des rites corporels divers

Beaucoup de rites font intervenir l'eau (onctions, baptêmes, immersions, purifications....)

De nombreux autres rites concernent l'aspect du corps (coiffures, tatouages, teintures, déguisements...)

 

R35-L'homme exécute des rites sexuels

Les rites sexuels sont innombrables, la plupart provenant du mythe de l'androgynie initiale de l'humanité. Ils entraînent des séquelles impliquant des séparations, des amputations, des exactions inter-sexes, des crimes sexuels

Egyptiens antiques>> La circoncision des femelles (terminologie ancestrale des ''femmes'') consistait à exciser et jeter les parties coupées dans le Nil, pour en favoriser les débordements

Hébreux>> La circoncision des mâles fut initiée par Abraham, quand il eut l'autorisation divine de ne pas sacrifier son fils Isaac.En échange, il offrit à Dieu un bélier égorgé et le prépuce dudit fils

Pueblos>> Les sodomisations d'éphèbes étaient pratiquées avant leur sacrifice au Soleil

Toutes civilisations>> Les mutilations sexuelles (librement consenties) sont pratiquées en auto-punition offerte aux dieux

Dans toutes ces dérives sexuelles, il n'y a pas lieu d'invoquer des notions de chasteté, ni d'hygiène, ni de plaisir sexuel amélioré, ni d'esthétique, ni de morale sociale. On est fondamentalement ici dans le cadre d'une dépendance, d'une soumission envers le dieu que l'on s'est construit (avec l'incroyable nécessité d'y voir intégrer le sexe)

La castration est souvent appliquée (volontairement) par un mâle, en guise de soumission envers la Déesse-Mère. Les eunuques sont par ailleurs appréciés par les instances politico-religieuses, qui les emploient à des tâches diverses (gardiens de harem, chanteurs, administrateurs....)

 

 

 

   Copyright Mythes-religions ©